Lise Lamoureux, TES – Facilitatrice pédagogique, CEF

Cette citation de la publicité du lait est aussi vraie pour maintes situations dans notre quotidien. Je vous entends dire, oui les enfants boivent du lait, mais c’est quoi le lien avec nous, en tant que professionnels en petite enfance?  Qui lira, verra!

Le lien que je fais avec la citation et la qualité de service en petite enfance est celui de la pratique réflexive. 

Approche utilisée par les EPEI pour analyser et réfléchir de manière critique à leur pratique professionnelle dans l’intention de mieux la comprendre et de l’améliorer. La pratique réflexive est un processus réfléchi et axé sur l’action; il s’agit d’ailleurs souvent d’un effort collaboratif. Les EPEI utilisent la pratique réflexive pour planifier, pour évaluer leurs forces et leurs difficultés, pour prendre des décisions et provoquer le changement si nécessaire. L’autoréflexion, la réflexion critique et l’enquête collaborative sont des éléments importants de la pratique réflexive.

Code de déontologie et normes d’exercices – Pour les éducatrices et les éducateurs de la petite enfance inscrits de l’Ontario, 2017

Alors, si je regarde dans “mon livre à moi”, je constate que le paragraphe ci-dessus explique très bien ce que je voulais dire.  On doit commencer par réfléchir au sujet de nos actions, essayer de comprendre leur “pourquoi”, si l’on veut apporter des changements positifs et s’améliorer en tant que professionnels.  Souvenez-vous de ma réflexion avec le miroir: on doit commencer par s’observer soi-même pour connaître l’image que l’on projette dans notre milieu.

La pratique réflexive nous amène à prendre conscience de nos croyances et de nos valeurs face aux enfants, aux familles et à nos collègues.  Ceci demande parfois des efforts, car ce n’est pas toujours évident d’admettre que nos approches et nos pratiques sont passées date.

Par une réflexion critique, les éducatrices et éducateurs mettent à l’épreuve des idées de longue date et des méthodes considérées comme acquises, et envisagent de nouvelles approches et de nouvelles façons d’aborder leur travail.

Comment apprend-on? – Pédagogie de l’Ontario pour la petite enfance, page 20

Ce qui nous amène à la citation  «Un c’est bien, mais deux c’est mieux!».  Quoi de plus enrichissant, après avoir réfléchi et s’être questionné, que d’en discuter avec d’autres ?

Lorsque les éducatrices et éducateurs s’engagent avec d’autres personnes dans une réflexion critique – comme manière de questionner les théories et les pratiques, de discuter des idées, de tester des théories et de partager l’apprentissage –, ils procèdent à ce que l’on appelle une enquête collaborative.

Comment apprend-on? – Pédagogie de l’Ontario pour la petite enfance, page 20
Des dames qui sont assis autour d'une table ronde.t au tour

Le domaine de la petite enfance est fascinant.  Il nous permet d’être des chercheurs, d’explorer différentes idées, de partager nos questionnements, nos réflexions et d’évoluer en tant qu’individu autant au niveau personnel que professionnel.

Finalement, la pratique réflexive, “ça ne fait pas mal”, c’est simplement un atout dans notre rôle de professionnel qui nous permet de bien répondre aux besoins des enfants, des familles, des collègues et surtout des nôtres.

Pistes de réflexion

Est-ce que je suis disposé à observer?

Est-ce que je suis disposé à me questionner et à réfléchir sur mes habitudes?

Est-ce que je suis disposé à poursuivre mes apprentissages?

Est-ce que je suis disposé à partager mes questionnements et mes réflexions?

Est-ce que je suis disposé à être co-apprenant?